Les Grands Projets
 
L’Office National des Chemins de Fer du Maroc

Créé par Dahir n°1- 63 - 225 du 05 Août 1963, l’Office National des Chemins de Fer du Maroc (ONCF) est un établissement public à caractère industriel et commercial, ayant pour mission d’assurer, de façon pérenne, le transport ferroviaire de voyageurs et de marchandises dans les meilleures conditions de sécurité, de sûreté, de confort, de régularité, de coût et de développement durable.

 
 

L’ONCF gère et exploite un réseau ferré d’une longueur de 2110 km dont 1014 km électrifiés et 600 km à double voie. Il est constitué d’une dorsale Marrakech - Oujda, avec des antennes desservant les ports, d’une part, et les gisements miniers d’autre part. De même, et pour faire face à la demande, dans les meilleures conditions, l’Office dispose d’un parc matériel roulant de 69 locomotives électriques, 38 automotrices, 62 locomotives diesel, 350 voitures et de 6200 wagons.

A noter que le secteur du transport ferroviaire marocain n’a cessé de connaître, au fil des années, un important essor. En effet, depuis la moitié des années 90, l’ONCF a vécu des périodes distinctes qui ont connu la mise sur rail d’une batterie de mesures pour réadapter le potentiel d’actions aux exigences de l’environnement : allant de la restructuration, en passant par la consolidation des performances et de développement profitable, jusqu’à l’ère de la grande vitesse dans le cadre du cycle de développement en cours d’exécution conformément au Contrat Programme Etat-ONCF pour la période 2010-2015.

Au titre de l’année 2013, l’ONCF, qui emploie 7800 collaborateurs et exerce dans deux domaines d’activité stratégiques, a pu maintenir le cap de la croissance installée depuis déjà environ une décennie, en réalisant de bons résultats à plusieurs niveaux : une croissance de 4% toutes activités confondues, plus de 38 millions de voyageurs transportés, un volume de 36 millions de tonnes de marchandises acheminées, un taux de satisfaction de clients des 77%, une régularité de trains dépassant les 80%,...

De leur côté, les résultats financiers ont été au rendezvous, confirmant encore cette année la tendance haussière et durable des performances. Tous les agrégats de gestion et financiers ont dépassé les objectifs fixés dans le contrat - Programme avec

 

l’Etat : un chiffre d’affaires de 3,6 milliards dhs (+2,2%), une valeur ajoutée de 2,7 milliards dhs (+5%), un excédent brut d’exploitation de 1,7 milliard de dhs (+6%) et une capacité d’autofinancement de 1,3 milliards de dhs (+58%),…

De tels résultats qui, conjugués avec une accélération du rythme des investissements (5 milliards dhs) et un perfectionnement continu du mode de gouvernance, laissent dire que le secteur ferroviaire est plus que jamais un vecteur de développement économique et social durable du pays.

Une telle situation a été accompagnée, entre autres, par l’accélération du développement du réseau, à partir de 2005, via le lancement d’importants projets d’investissement visant la mise à niveau de l’appareil de production, l’extension du réseau et l’augmentation de sa capacité.

Le programme d’investissement couvrant la période 2010-2015 et dont l’enveloppe globale s’élève à 34 milliards de dhs, comporte des opérations pour la poursuite de modernisation du réseau existant (14 milliards de dhs) ainsi que le projet phare de la grande vitesse (20 milliards de dhs) qui reliera Casablanca à Tanger (350km) dont l’avancement avoisine 60%.

De même et pour préparer l’avenir, l’ONCF s’est doté d’un schéma directeur pour le développement progressif de la Grande Vitesse sur un linéaire de 1500 km ainsi que pour l’extension du réseau classique sur une longueur de 2700 km, et dont la réalisation nécessite globalement environ 200 milliards de dhs.

Ce document prospectif et de planification stratégique est actuellement en phase d’actualisation, pour prendre en compte les nouvelles donnes de l’environnement et renforcer les services régionaux dans le cadre d’une politique nationale d’équilibre territorial.
 

.